Les missions du Fonds CSS

Les missions du fonds de la Complémentaire Santé Solidaire sont transférées au 1er janvier  2021, voir la rubrique A la Une.

EspaceImprimerEspaceAgrandirRéduireEspace
Accueil > Actualités

Actualités
[mis à jour le 11-02-2013]

Retour à la liste des actualités


Publication de l'étude sur les perceptions, anticipations et préférences pour les bénéficiaires de la CMU-C

L'étude sur les perceptions, les anticipations et les préférences des bénéficiaires de la CMU-C a été réalisée conjointement par Brigitte Dormont et Cécile Gayet de l'Université Paris-Dauphine (LEDa) ainsi que par Anne-Laure Samson, de l'Université de Lille (LEM). 

Il s'agit de la dernière étude financée et pilotée par le fonds de la complémentaire santé solidaire, cette mission d'analyse et de recherche revenant désormais à la DREES et à la DSS du ministère des solidarités et de la santé. 

Ce rapport analyse les perceptions subjectives, les anticipations et les préférences pour la santé des bénéficiaires de la CMU-C à l’aide de l’enquête Valeur de la santé réalisée en France en 2009 sur un échantillon représentatif de 3331 individus. Les résultats montrent qu’à structure d’âge et de sexe équivalente, les bénéficiaires de la CMU-C ont des perceptions plus négatives que les autres assurés sociaux de leur état de santé et de leur qualité de vie récente (sur les douze derniers mois) ou totale (passée, présente et future). Ils ont aussi des anticipations plus pessimistes concernant leur longévité, leur état de santé et leur niveau de vie. Leurs consentements à payer pour la santé et pour la longévité sont plus faibles.

Toutefois, ces résultats changent lorsque l’on tient compte de la situation actuelle des individus en matière de santé et de revenu : toutes choses égales d’ailleurs, les bénéficiaires de la CMU-C n’apparaissent plus significativement plus pessimistes que les autres assurés sociaux sur leur état de santé récent et futur et sur leur qualité de vie récente. En revanche, ils restent particulièrement pessimistes sur les appréciations de leur qualité de vie en général, de leur niveau de vie futur et de leur longévité. L’analyse en régression multivariée des préférences indique que - toutes choses égales par ailleurs - les bénéficiaires de la CMU-C n’accordent pas moins d’importance que le reste de la population à la santé et à la longévité en bonne santé.

Pour lire l'étude dans son intégralité, vous pouvez consulter cette page.


 

Photo2